Une nécessité pour certaines familles

950

Dimanche, la chanteuse Rach’l Parrent est venue chanter bénévolement au profit de l’ASBL Septentrion pour les plus démunis de Luingne.

Ce dimanche midi, même si le temps était à la pluie dans la région, le soleil était bien présent dans la salle paroissiale de Luingne! En effet, la chanteuse mouscronnoise Rach’l Parrent est venue chanter par plaisir, à la fois pour elle, mais surtout pour les familles et les enfants de Luingne qui ont le plus de difficultés.

En collaboration avec elle, toute l’équipe dévouée de l’ASBL Septentrion était présente pour l’organisation de cet apéritif que suivait un barbecue bien gourmand le tout dans une ambiance chaleureuse et bon enfant.

Marie-Hélène Vanelstraete à la tête de ces bénévoles explique le but de cette action: «Septentrion est une antenne de Saint Vincent de Paul et nous distribuons depuis onze ans des colis aux familles les plus démunies de Luingne. Les colis alimentaires – composés de denrées non périssables reçues de la banque alimentaire, de produits de la grande distribution et également du pain d’un boulanger du village – sont offerts les deuxième et quatrième mercredis de chaque mois entre 14h et 16h à la Maison Cardijn, 36 rue Louis Dassonville. L’apéritif annuel nous permet d’acheter du café ou des fruits et légumes frais afin de compléter les colis. Notre équipe de bénévoles se compose de jeunes retraités, d’adultes encore actifs et de nombreux jeunes qui s’investissent au maximum. Il faut savoir qu’en plus des colis, nous organisons deux actions supplémentaires pour les enfants des familles: une fête avec Saint Nicolas qui offre des jouets ainsi qu’une animation avec un goûter pour les petits et enfin une excursion au printemps où l’on emmène les bambins à la mer, dans un parc animalier ou au Pass par exemple. Cette année, c’était à Bellewaerde !»

Septentrion a commencé à soutenir 5 ou 6 familles en 2004. Avec le temps, l’ASBL en est venue à aider jusqu’à 30 familles qui, pour certaines, retrouvent heureusement du travail, «rebondissent» et quittent la distribution. Cette association répond donc à une réelle nécessité pour un grand nombre de familles et nous ouvre les yeux sur la misère présente au plus près de nous.

LE COURRIER – 10 septembre 2015